Merveilles de bonnets brodés

Posted on 0
Qu’ils soient composés de fils d’or ou de soies colorées, les motifs brodés qui ornent le bonnet de coiffe font partie des détails oubliés du costume. Le regard qui s’attarde sur l’alsacienne qui passe remarque davantage sa jupe rouge et son grand nœud noir que la jolie broderie qui orne l’arrière de son bonnet. Pourtant, certains de ces décors constituent des travaux d’aiguilles d’une grande qualité.
Coiffe 18è siècle avec son ruban d’origine. Fond de bonnet en tissu broché, rebrodé de paillettes – Bordure en dentelle aux fuseaux dorée – Musée Historique de Mulhouse.

 Un bonnet qui s’assombrit

 

 Au 19è siècle, l’agrandissement progressif du ruban dominant la coiffe a fait disparaître une grande partie de l’ornementation du bonnet placé en dessous. Peu à peu, les fond de brocart brochés ont été remplacés des velours ou satins noirs, les bordures de dentelles d’or ou d’argent cédant également la place à des rubans damassés moins riches, eux aussi de couleur noire.

Les décors brodés ont régressé sur la partie arrière du bonnet, celui-ci disparaissant entre les plis du grand nœud. (Voir l’article :” petit nœud deviendra grand )

Ce changement s’inscrit dans l’évolution profonde des goûts qui s’est opérée au moment de l’industrialisation et de la montée en puissance des nouvelles élites bourgeoises. Celles-ci ont initié une vision plus conservatrice des mœurs, le noir devenant la couleur en vogue dans l’habillement. La mode s’en est ensuite répandue dans les autres couches sociales.
Bonnet à fond de velours noir – motif brodé en fils d’or, cannetille et verroterie – Collection particulière.

 

A la fin du 19è siècle, les flots du ruban ont recouvert le bonnet, n’en laissant plus apparaître que la partie arrière – Coiffe de jeune fille catholique du Kochersberg avec son ruban en soie ivoire, imprimée d’un motif floral – Musée de Truchtersheim – Maison du Kochersberg.

 

 

Dans certains villages du pays de Hanau, cette évolution a même abouti à un effacement complet du bonnet et de son ornementation, totalement recouvert par les pans arrière du ruban.

Femmes de Engwiller en 1907 – BNU Strasbourg – NIM13293.

Une ornementation stylisée

Cantonné à la partie arrière du bonnet, le décor brodé se décline en deux grandes catégories de motifs: soit un rameau floral stylisé, dans l’esprit des anciens bonnets dorés, ou bien des motifs d’étoiles ou de fleurs, disposées en trio le long du bord supérieur.

 

Motif floral sur fond de velours noir – Paillettes et cannetilles, accompagnées de perles et verroterie – Musée de Truchtersheim – Maison du Kochersberg.

 

Motifs de fleurs disposées en trio sur l’arête supérieure du bonnet – Fils d’argent et de soie de couleur, verroterie à facette – Coll. Particulière

Même si ces décors accusent une certaine sobriété ornementale, en comparaison des bonnets du 18è siècle, ils n’en gardent pas moins une grande qualité d’exécution. L’observation des broderies met en évidence, pour les plus riches d’entre eux, un travail d’un grand raffinement, dans la continuité des productions du siècle précédent.

Fils d’or et fils de soie

Divers matériaux interviennent dans leur réalisation tels que fils d’or ou de soie colorée, cannetille d’or ou d’argent, paillettes de formes diverses, perles ou verroteries.

Certains motifs, particulièrement sophistiqués, allient feuilles métalliques laitonnés, travaillées à l’emporte-pièce et incrustées de petites pierres biseautées.

Bonnet de velours brodé – Fils d’or et de soie colorée, verroterie à facette – Musée de Truchtersheim – Maison du Kochersberg.

 

Bonnet de satin noir – Broderie d’or travaillée en relief, paillettes rondes et plaques laitonnées, incrustées de verroterie facettée  – Coll Particulière.

 

Un travail d’une grande technicité

 

 

L’étude de ces broderies soulève de nombreuses questions portant autant sur les techniques utilisées que sur les lieux et les personnes intervenant dans leur création.

Broderie en fils d’or et soie colorée, cannetille et verroterie à facette sur fond de velours noir – Musée de Truchtersheim – Maison du Kochersberg.
Détail d’une broderie en fils d’or et cannetille avec incrustation de verroteries – Musée de Truchtersheim – Maison du Kochersberg.

 

 

 

Leur qualité et la précision de leur réalisation rendent l’idée d’une production domestique isolée difficilement envisageable. Constatation qui met à mal l’image, ô combien charmante, de la jeune fille brodant sa coiffe le soir au coin du feu. Ce qu’une analyse rigoureuse oblige à écarter.

Bien qu’il ne soit, bien sûr, pas impossible que l’une ou l’autre pièce ait pu être confectionnée de cette manière, ces productions n’ont pu être que marginales. C’est particulièrement vrai en ce qui concerne la broderie d’or qui requiert des capacités toutes particulières.

 

Des similitudes intéressantes

En l’absence de documentations précises, il est difficile de nos jours de savoir comment s’organisait ce délicat travail de broderie.

Mais une observation attentive de plusieurs bonnets permet d’avancer quelques hypothèses. En effet, certains présentent des similitudes dans les techniques et les motifs utilisés. Ce qui suppose une maîtrise suffisante des procédés et des matériaux pour savoir élaborer des créations différentes, tout en gardant la même unité de style.

 

 

 

Variation autour d’un motif d’œillet, ici disposé en trio et brodé en fils d’or et de soie avec incrustation de verroterie – Musée de Truchtersheim – Maison du Kochersberg.
Rameau floral stylisé avec motif d’œillet – Musée de Truchtersheim – Maison du Kochersberg.

 

 

Ces analogies laissent entrevoir l’existence de brodeur(ses)s de métier dont la main et la manière se reconnaissent au travers de pièces aux motifs différents mais identiques quant à la “façon”.

Mais comment ces brodeurs ou brodeuses travaillaient-ils ?

Possédaient-ils leur propre lieu de travail, avec une production à la commande, ou bien œuvraient-ils (elles) au sein même des ateliers où se confectionnaient les autres pièces du costume?

 

 

 

 

Rameau fleuri sur fond de velours noir – cannetille et paillettes rondes, fils d’or et de soie colorée – Musée de Truchtersheim – Maison du Kochersberg.

 

Similitudes de motifs et de matériaux sur un bonnet de la collection Doerflinger au Musée de Saverne.

 

Les doigts des moniales ?

Motifs en relief sur un bonnet.

 

Qu’elles utilisent des fils d’or ou de soie, ces broderies sont travaillées en incluant des rembourrages de gros fils ou des cartonnages (cartisanes) afin d’accentuer l’effet de relief.

Technique que l’on retrouve à l’identique sur les chasubles et surplis portés jusqu’il y a peu lors des offices religieux.

 

 

Motif brodé aux fils d’argent et paillettes rondes – L’usure de la broderie laisse apparaître le rembourrage utilisé pour créer le relief – Musée de Truchtersheim – Maison du Kochersberg.

 

Certaines des techniques de broderie utilisées sont très proches de celles que l’on retrouve sur les vêtements liturgiques, tout spécialement en ce qui concerne les broderies d’or.

 

 

Détail d’une chasuble brodée avec motif en relief.

 

 

Travail similaire avec des fils de couleur – Coll. Particulière.

 

Peut-être que dans les couvents spécialisés dans ce type de réalisations, se confectionnaient aussi certains articles à destination d’un public laïque.

La question reste ouverte … en attente d’informations suplémentaires.

 

 

A lire aussi : La coiffe et ses secrets – Confection et patrons

 

______________________________

Documentation

  • Le livre d’heures des coiffes d’Alsace – Marguerite Doerflinger- Editions Oberlin – Strasbourg. 1981
  • Quelques paillettes, un peu de soie – Catalogue exposition – A.Wolff et J-L Neth – Édition Musée d’Unterlinden – 2009-2010
  • Le grand livre de la broderie – Ouvrage collectif – Editions Marie Claire – 2017
  • Goldstickerei. (volume 1) –  Franziska Rettenbacher et Karl Rettenbacher – 2013
  • Die Kunst Der Goldstickerei – Amalie von Saint-George – Hansebooks (ré-édition). 2017

 

Liens

https://gehts-in.com/coiffes-maison-kochersberg-truchtersheim/expositions-costumes-alsace/

http://www.plaisirstextiles.com/pages/glossaire-de-la-broderie.html

https://www.lalanguefrancaise.com/dictionnaire/definition/cartisane

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pas encore de commentaires.