Coudre les plis canon

Voici quelques petites astuces pour le montage des “plis canon” de la jupe. Cette disposition particulière, qui se retrouve sur de nombreux costumes historiques et traditionnels, nous vient tout droit de la Renaissance. (voir ici pour l’historique des plis canon)

Choix du tissu

Le tissu utilisé traditionnellement est en drap de laine. Il faut le choisir d’une bonne épaisseur pour un beau rendu des plis et du “tombé” de la jupe. Si le tissu est trop fin, on peut le replier sur 10 cm et coudre les points à travers cette surépaisseur. Il est également possible d’ajouter un autre tissu en doublure, toujours pour donner de la consistance aux plis.

Mise en œuvre

À deux centimètres du bord supérieur du tissu, (largeur d’un pouce), faire une première rangée de points avant réguliers de 1,5 cm, espacés de 1,5 cm. On peut s’aider d’une petite règle pour respecter les distances entre les points.

Utiliser un fil épais et solide, type ­­­cordonnet. Éviter les fils cirés qui ont tendance à cisailler l’étoffe. Prévoir une longueur de fil équivalent au métrage complet du tissu. Laisser un supplément de fil de 20 cm à chaque bout.

Petit truc : passer le fil sur un morceau de savon avant utilisation. Il glissera plus facilement dans le tissu.

Faire deux autres rangées en dessous, espacées de deux centimètres. Attention à bien aligner les points entre les rangées ! Ce détail est important pour l’aspect final des plis.

On peut choisir de faire des points plus longs (2 cm) Les plis seront alors plus épais et il faudra prévoir un métrage de tissu un peu plus important.

L’ensemble des points débutent à 20 cm de la partie gauche du tissu et s’arrête à 40 cm env de la partie droite. Ces parties non plissées serviront pour l’assemblage ultérieur de la jupe.

Façonnage

Commencer à tirer doucement sur les trois rangées de fil en même temps. Veiller à ce que les plis se répartissent de manière égale sur tout le pourtour. Mesurer régulièrement pour correspondre à la dimension définitive du tour de taille. Ne pas être trop juste sur cette dimension, le tour de taille pouvant parfois prendre de l’ampleur au fil des années !

Il faut fixer solidement le départ de chaque rangée de points. Plusieurs solutions :

 

  • faire un gros nœud (pas idéal car à la longue, le nœud “file ” dans le tissu.)
  • faire un nœud puis coudre quelques points arrière sur les deux premiers plis.
  • coudre un petit bouton et arrêter le fil en faisant un nœud par-dessus.

Finition

Avec le temps, le fil peut s’user et se casser. Il est alors très compliqué de rattraper le montage des points. Ajouter un point de maintien sur la face intérieure des plis peut se révéler utile. Réalisé avec soin, il assure par ailleurs une bonne régularité de l’assemblage. Ci-dessous, deux exemples de points relevés sur des jupes anciennes :

Réalisation soignée mais qui n’a pas pu empêcher les plis de se rompre !
Points cousus “à la Diable”. Les plis sont maintenus avec moins de régularité.

Plusieurs types de points peuvent être utilisés pour cette fixation. Ici, c’est un point d’épine sur deux rangées qui a été choisi. Décoratif en plus d’être efficace !

 

Le point d’épine

Mais un point de chaînette fait aussi l’affaire.

le point de chaînette
Le point de chaînette

Costume catholique ou protestant

A l’observation, les costumes conservés dans nos musées nous révèlent que la configuration des plis pouvaient varier selon l’appartenance confessionnelle. Si les jupes des catholiques peuvent compter deux à trois hauteurs de point (pas davantage), elles n’en comportent souvent qu’un seul chez les protestantes. Différence qui peut sembler minime mais qui fait partie des détails oubliés du costume traditionnel. Elle doit être pris en compte si l’on souhaite réaliser une tenue traditionnelle au plus près de la réalité historique.

DSC01578
Hag-2003
jupe rouge catholique
prot-verte 2
Ouvrir le diaporama

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pas encore de commentaires.